Bromont: la participation des gens d’affaires sollicitée

AFFAIRES. Élu après presque deux décennies sous l’administration Quinlan, le nouveau maire de Bromont, Louis Villeneuve, a tendu la main aux gens d’affaires, mardi soir, les invitant en autres à se joindre au mouvement visant la création du Parc des Sommets.

Une cinquantaine d’entre eux étaient présents à l’occasion d’un 5 à 7 tenu au Centre de collaboration Miqro Innovation(C2MI). Ce lieu avait été méthodiquement choisi, le premier magistrat voulant lancer un message clair et positif aux entrepreneurs qui ont choisi Bromont ainsi qu’à ceux qui pourraient éventuellement s’y établir.
«Je m’engage à tout mettre en œuvre pour vous aider dans vos projets de développement. Le changement de garde à l’hôtel de ville ne change en rien la conviction qu’ont les élus quant à l’importance des secteurs commercial et industriel à Bromont, y compris le parc scientifique».

Il a également réitéré sa volonté de mener des consultations auprès de la communauté d’affaires et de faciliter les démarches de ceux et celles voulant implanter de nouvelles initiatives sur le territoire. Tout ne dépend toutefois pas que de la Ville, a-t-il admis, décochant une flèche en direction des deux paliers de gouvernement.  «En tant que patrons, propriétaires, directeurs et gestionnaires d’une entreprise, il faut faire rouler les affaires. Ce que l’on souhaite des gouvernements, c’est de faciliter notre travail, pas de l’alourdir».

Le temps presse

De nombreux atouts contribuent à séduire les investisseurs et les citoyens à Bromont, estime le maire. C’est le cas de la qualité de vie que l’on y retrouve, ainsi que de sa palette d’activités de plein air et d’infrastructures sportives. À cet effet, le projet de création du Parc des Sommets visant à protéger le mont Brome, lui tient particulièrement à cœur.

Alors qu’il ne reste plus que deux semaines pour rassembler les sommes nécessaires à l’acquisition des terrains en vue de la concrétisation du projet, qui s’élève au total à quelque sept millions $, l’appui du gouvernement tarde à se manifester. Selon un article récemment publié par La Presse, quelque 3,5 millions manquent encore à l’appel. La Ville, le principal bailleur de fonds dans ce dossier, contribue quant à elle à la haute de 2,75 millions $. Souhaitant que les lieux échappent à un développement domiciliaire de 27 résidences mises de l’avant par le promoteur Bromont Immobilier, le maire a ainsi invité les gens d’affaires à mettre l’épaule à la roue et à «écrire l’histoire».

Des encouragements

Des personnalités publiques ayant le projet à cœur ont profité du 5 à 7 de mercredi pour se manifester. Le premier, le comédien et entrepreneur Marcel Lebœuf, a indiqué se sentir interpellé par la cause. Celui qui agissait à titre de maître de cérémonie et qui partage une grande amitié avec le maire Villeneuve depuis une trentaine d’années a expliqué vivre une situation similaire. Ayant acheté un terrain où il a planté, en plein cœur de Mont-Saint-Hilaire, des vignes, son projet se veut menacé par des projets domiciliaires dans la montagne. «Ça ne faisait pas l’affaire de tout le monde. J’ai eu des menaces de mort chez nous […]. Quatre gars, une nuit, ont voulu me sortir de la maison pour me planter […]. Mais je vais rester-là, malgré n’importe quoi», a-t-il raconté, encourageant les Bromontois à également tenir leur bout.

Des sportifs bien connus de la population ont aussi lancé un message d’encouragement. Elle-même résidente de Bromont, Isabelle Charest s’est adressée aux invités. La médaillée olympique en patinage de vitesse courte piste, qui sera d’ailleurs chef de mission d’Équipe Canada aux Jeux Olympiques de Pyeongchang 2018, a indiqué vouloir voir la montagne protégée. Une telle initiative contribuera, selon la marraine de FILLACTIVE, à faire bouger la population, notamment les adolescentes.

«Un projet comme celui du Parc des Sommets donne une opportunité à ces jeunes filles de retrouver un intérêt pour le sport et pour le fait de se retrouver en nature avec des amis ou en famille pour y faire des activités» a-t-elle défendu, ajoutant que 90 % des filles âgées entre 12 et 17 ans ne rencontrent pas les recommandations en ce qui a trait à l’activité physique quotidienne.

Littéralement emballé par ce projet, le cycliste et fondeur Pierre Harvey a ajouté son grain de sel.  Lieu d’entraînement et de compétition qui a marqué l’histoire de sa propre famille, le massif est significatif à ses yeux. Convaincu que ce projet  entraînera un essor économique considérable, il a encouragé les instigateurs de la campagne de financement à garder le cap. «Vous l’avez presque, votre projet. C’est important de continuer jusqu’au bout et j’espère que le gouvernement du Québec va se réveiller à la dernière seconde […] a-t-il conclu.

Source: Le Guide

Back to news list >