Salle de presse

Pour toute information concernant les nouvelles du C2MI ou de ses collaborateurs, veuillez communiquer avec nous à l'adresse communication@c2mi.ca

Programme d'infrastructure du savoir

Communiqué de presse
Mardi, 31 Juillet, 2012

Québec, 31 juillet 2012 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, et l’honorable Christian Paradis, ministre fédéral de l’Industrie, ont pris part aujourd’hui, en compagnie de Pierre Paradis député de Brome-Missisquoi ainsi que des membres de la haute direction des partenaires fondateurs IBM, de Teledyne DALSA et de l’Université de Sherbrooke, à l’inauguration du Centre de Collaboration MiQro Innovation (C2MI) situé dans le Technoparc de Bromont.

<--break->Rappelons qu’en 2009, le premier ministre a annoncé une aide financière du gouvernement du Québec de 94,9 M$ à l’Université de Sherbrooke dans le cadre du Programme d’infrastructure du savoir (PIDS) pour la réalisation de ce projet évalué à 218,45 M$. Le gouvernement du Canada a, pour sa part, attribué une aide financière de 82,95 M$ dans le cadre du PIDS. La contribution des partenaires industriels fondateurs et des fournisseurs en équipement était de 40,6 M$.

Le C2MI réalisera des activités de recherche et de développement en assemblage de puces électroniques et de microsystèmes électromécaniques. Cette infrastructure de recherche issue d’un partenariat novateur université-entreprises favorisera l’essor de l’industrie de la microélectronique au Québec, en regroupant 250 chercheurs de calibre mondial provenant des entreprises et de l’Université, en plus de consolider 3 000 emplois chez les industriels de la région. Le C2MI créera un effet moteur sur le secteur et sur l’économie du Québec en favorisant l’implantation de projets d’investissements industriels majeurs de joueurs clés de l’industrie qui seront attirés par ce nouveau pôle mondial d’expertise. 

« C’est avec fierté que je découvre aujourd’hui le nouveau Centre de Collaboration MiQro Innovation et le fruit des efforts que nous avons consentis dans la création de cette infrastructure qui contribuera au dynamisme de l’industrie de la microélectronique au Québec. Avec la mise sur pied de ce centre, la filière microélectronique québécoise a le potentiel de devenir un des secteurs porteurs de l’économie du Québec, à l’image de l’aérospatiale et des technologies de l’information et des communications. Le C2MI favorisera la synergie entre les intervenants du milieu industriel et ceux de la recherche, en plus d’élever le Québec parmi les sociétés de haut savoir les plus compétitives au monde », a déclaré le premier ministre Jean Charest.

« Notre gouvernement a investi dans l’infrastructure de l’innovation et du savoir afin d’établir les assises de la prospérité économique et de consolider le rôle du Canada en tant que leader mondial dans le domaine des sciences et de la technologie, a affirmé le ministre Paradis. Cet ambitieux projet a non seulement contribué à la création d’emplois de haute qualité, mais il a également procuré à nos chercheurs et à nos étudiants les outils nécessaires pour devenir des chefs de file mondiaux dans leur domaine. » 

S'appuyant sur des modèles performants de partenariat université-entreprises, le C2MI est un maillon essentiel du créneau d’excellence ACCORD MicroTeQ-10. Cet écosystème de la microélectronique du nord-est de l’Amérique est l'un des plus importants pôles mondiaux dans ce domaine. Le Centre servira d'interface entre la recherche universitaire et industrielle et la fabrication de microsystèmes complexes. Il permettra la réalisation de prototypes de microsystèmes qui seront dictés par les besoins du marché dans des domaines d’application tels que les technologies de l'information et des communications, l’automobile, l’aérospatiale, l’environnement et la santé. Il aidera ainsi à accélérer la commercialisation des produits requis par l’industrie et à améliorer les outils, les matériaux, les techniques et les essais.

« Au cœur d’un des trois pôles de recherche majeurs du Québec, l’Université de Sherbrooke se démarque notamment par ses initiatives en matière d’innovation ouverte en collaboration avec les milieux industriels et sociaux. Le C2MI permettra de relever les défis qui confrontent l’industrie de la microélectronique partout dans le monde et sera le lieu de découvertes majeures qui auront un effet bénéfique sur l’ensemble de la société », se réjouit Luce Samoisette, rectrice de l’Université de Sherbrooke. « Nous aspirons à devenir une référence internationale en matière de recherche scientifique et de commercialisation dans le secteur en forte émergence de la microélectronique, notamment dans les domaines de la conception, de l’encapsulation et de la vérification de microsystèmes complexes, de même qu’en microsystèmes électromécaniques (MEMS). Parmi les éléments qui distinguent nettement le C2MI d’une grande majorité de centres de recherche reconnus à travers le monde, notons ses liens privilégiés avec le secteur académique et industriel, sa chaîne d’approvisionnements intégrée et le maintien, au concepteur, de la propriété intellectuelle des produits qui y sont développés. Le rôle du C2MI en tant que centre d’excellence (CECR) est déterminant pour l’avenir de la microélectronique au Québec et au Canada. L’inauguration d’aujourd’hui nous permet de faire connaître ce prestigieux centre où convergent savoir, savoirfaire et équipements à la fine pointe de la technologie dans une infrastructure des plus modernes », a mentionné le président-directeur général du C2MI, Normand Bourbonnais.

En plus de leur participation au financement d’équipements, les partenaires industriels IBM et Teledyne DALSA prévoient investir un montant de 140 M$ dans le C2MI en frais d’exploitation et de maintien des actifs immobiliers et en frais d’opération des activités de recherche pour les cinq premières années suivant l’ouverture du centre. Cet investissement majeur des partenaires permettra d’assurer les opérations et un fonds de roulement qui propulseront la recherche au C2MI. Les partenaires industriels bénéficieront, pour leur part, de retombées intéressantes avec l’obtention de nouveaux mandats mondiaux et le développement de nouveaux produits et services.

« Une synergie plus forte entre le gouvernement, les universités et l'industrie favorise l'innovation et accélère le développement des produits commerciaux destinés au marché mondial, a déclaré John Lutz, président, IBM Canada. Cet investissement est une initiative qui aidera le secteur du conditionnement microélectronique à répondre aux besoins futurs dans ce domaine. En procurant au C2MI un ensemble de compétences de haut niveau, nous veillons à ce que le Québec et le Canada continuent à attirer et à retenir les meilleures ressources et à occuper une place de choix dans le domaine de l'innovation mondiale pour les années à venir. » 

« Nous sommes très fiers d’avoir participé à la fondation de cette entreprise remarquable, explique Brian Doody, chef de la direction de Teledyne DALSA, car les installations et les capacités techniques consacrées aux MEMS et à la microélectronique sont incomparables. De plus, l’approche unique que nous avons adoptée pour créer un lien entre la recherche et l’industrie constitue un modèle de collaboration à l’échelle nationale et internationale. Le C2MI sera la plateforme de lancement de technologies et de produits de pointe en matière de microélectronique avancée. Le travail effectué par les sociétés partenaires du C2MI apportera de nouvelles solutions applicables à l’industrie et à la société. »

À propos du Programme d’infrastructure du savoir

Le Programme d’infrastructure du savoir est une initiative pancanadienne qui vise à stimuler l’économie par l’appui de projets d’amélioration dans des établissements d’enseignement postsecondaire. Près de 460 M$ ont été investis par le gouvernement fédéral depuis 2009 dans les établissements d’enseignement supérieur au Québec. À ce montant s’ajoutent les investissements consentis par le Québec et ses partenaires, totalisant près de 597 M $, ce qui représente un investissement total de plus de 1 G $. Les projets consistent en de nouvelles constructions ainsi qu’en des travaux de maintien d’actifs, de rénovation, de réparation et d’entretien ainsi que, dans une faible proportion, d’acquisition d’équipements.

À propos des créneaux d’excellence

Ce projet s’inscrit dans la cadre de la démarche ACCORD (Action concertée de coopération régionale de développement), une priorité de l’action gouvernementale qui vise à dynamiser l’économie des régions du Québec par le déploiement de créneaux d’excellence. Le but de cette démarche est de positionner les régions du Québec comme des sièges de compétences industrielles distinctives reconnues dans le monde. Elle s’appuie sur les forces et expertises régionales ainsi que sur la mobilisation et le dynamisme des gens d’affaires en région. Les régions de l’Estrie et de la Montérégie sont associées pour le développement du créneau
d'excellence MicroTeQ-10. Ce créneau se distingue par la présence importante d'activités de fabrication de composantes en microélectronique, ainsi que de conception de systèmes de traçabilité et d’inspection. Le créneau vise à faire de la zone économique Estrie-Montérégie un pôle hautement attrayant à l'échelle nationale et internationale pour l'industrie des micro/nanotechnologies pour l’électronique de pointe.

Pour en savoir plus sur le Programme d’infrastructure du savoir, consulter le site www.ic.gc.ca/infrastructure-savoir
Pour connaître l’état d’avancement du Plan québécois des infrastructures, visiter le site www.infrastructures.gouv.qc.ca.

Retour à la liste des nouvelles